Moyens actuels de locomotion

Le premier moyen de déplacement le plus simple à mettre en oeuvre est l'accompagnement par une tierce personne. Cette solution ne permet pas l'autonomie.

Le deuxsième moyen de déplacement est l'utilisation classique de la canne blanche.

Elle nécessite une bonne formation encadrée par un instructeur de locomotion.

Le balayage de la canne devant le marcheur lui assure une protection, mais seulement du bas du corps sur 50 cm et ne lui permet pas d'anticiper les obstacles. Elle est utilisée comme outil de déplacement par moins de 5% de la population. Ce faible taux s'explique par un accès aux soins rééducatifs très déficient pour les personnes handicapées visuelles âgées de plus de 20 ans.

Le troisième moyen de déplacement qui est employé en France, c'est l'accompagnement par un chien guide. Celui-ci doit anticiper et éviter les obstacles à hauteur d'homme. Le dressage du chien est long et onéreux et sa durée d'activité est de l'ordre de 8 ans. Cette solution concerne environ 1% de la population. Ce moyen est également limité par le mauvais accès aux soins rééducatifs.

Il existe aujourd'hui une solution appelée CANNE BLANCHE ELECTRONIQUE. Cet outil complète la canne blanche classique par des capteurs optroniques (infrarouges et laser) permettant d'anticiper les obstacles de nuit comme de jour dans toutes les conditions climatiques .

Il existe plusieurs technologies pour les cannes blanches électroniques, la plupart utilisent des ultrasons et sont limitées par plusieurs phénomènes : inutilisables sous la pluie, parasitées sur les sols rugueux, difficultés à détecter les passages étroits...

Les dispositifs infrarouges et laser n'ont pas ces difficultés.

Le boîtier optronique est ainsi fixé sur une canne blanche classique. Les infrarouges agissent sur le champ large et le laser sur une vision centrale de sorte à avoir une bonne protection frontale y compris pour les petits poteaux noirs anti-stationnement.

L’utilisateur balaie sa canne blanche devant lui sur une plage de + ou - 30° comme il le ferait habituellement avec la canne seule. En plus de l’information au sol donnée par l'embout roulant de la canne, s'ajoute une information vibrante permettant de détecter les passages. La portée de l'appareil est facilement modifiable par l'utilisateur suivant le lieu dans lequel il circule et peut atteindre 12 mètres. Les déficients visuels équipés peuvent se déplacer confortablement en autonomie et sécurité sans avoir le stress d'une collision pouvant intervenir à tout moment.

Pour pouvoir utiliser ce matériel, des critères sont requis : de solides bases en locomotion, une formation d'environ vingt-cinq heures réparties dans le temps par un instructeur de locomotion. Le bénéficiaire n’est pas propriétaire du matériel. Il est prêté sur une durée indéfinie pendant laquelle l'utilisateur a un suivi du matériel en cas de panne ou d’évolution. Il bénéficie également d’un suivi personnel de ses capacités de déplacement au minimum tous les deux ans.

Cette solution concerne actuellement en France environ 1% des non-voyants comme le chien guide.